Une délégation économique dirigée par le maire de Gatineau, M. Maxime Pedneaud-Jobin, s’est rendue du côté de Montréal et Québec les 29, 30 et 31 octobre derniers. Organisée conjointement par ID Gatineau et la Ville de Gatineau, cette mission économique a permis de promouvoir les atouts de la Ville de Gatineau auprès d’intervenants impliqués de près ou de loin dans l’attraction des investissements.

« Cette mission était une première pour nous, note le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Nous étions méconnus à l’extérieur de nos frontières et jusqu’à récemment, nous avions tendance à concurrencer Ottawa au lieu d’unir nos forces. Nous nous définissons maintenant comme le 3e pôle économique de la province et nous positionnons au cœur de la région de la capitale fédérale. Nous partageons des atouts communs avec Ottawa qui nous avantagent par rapport aux autres grands centres, comme la présence de 65 centres de recherches, de six universités, de 130 ambassades et du plus grand acheteur de biens et services au pays. C’est ce discours que nous avons transmis lors de nos différentes rencontres. »

OBJECTIFS SURPASSÉS

Le maire de Gatineau est emballé par le succès de cette mission économique qui a permis autant aux représentants municipaux qu’à des gens d’affaires aguerris, issus de différentes sphères économiques, de positionner Gatineau auprès de nombreux ministères, d’acteurs clés de l’écosystème, d’élus provinciaux et du premier ministre du Québec, monsieur François Legault.

« Nous avions des objectifs précis et le résultat est au-delà des attentes, poursuit M. Pedneaud-Jobin. Je ne parle pas ici de contrats qui sont généralement octroyés avant même la mission. Notre objectif premier était d’aller dire à Québec que Gatineau existe et qu’elle représente le 3e pôle économique de la province. Notre deuxième objectif était de mieux comprendre le processus de cheminement de dossiers en matière d’attraction des investissements. Nous avons livré nos messages avec conviction et avons suscité de l’intérêt de la part des décideurs. »

Les commentaires ont d’ailleurs été élogieux à l’endroit de la délégation gatinoise. « Souvent, les gens arrivent pour quêter. Ce n’était pas notre cas! Nous souhaitions leur présenter nos atouts, mais nous souhaitions également comprendre leurs besoins afin de travailler en partenariat et ainsi attirer de nouvelles entreprises sur notre territoire. La composition de notre délégation était solide tout comme le discours de chacun des délégués. Les gens rencontrés ont souligné notre dynamisme et affirmés que nous faisions la bonne chose pour positionner notre ville », ajoute le maire de Gatineau.

LES ASTRES SONT ALIGNÉS

La délégation gatinoise a aussi assisté à un moment unique à l’Assemblée nationale alors qu’une motion adoptée à l’unanimité par les parlementaires a reconnu le retard que l’Outaouais a accumulé ces dernières années en raison des investissements inadéquats du gouvernement du Québec.

« Cette motion n’est pas qu’un vœu pieux, commente Maxime Pedneaud-Jobin. L’Assemblée nationale nous dit que les institutions qui relèvent de ses champs de compétence ont un retard en Outaouais à cause du sous-financement historique. Ça ne peut pas être plus fort! Ça veut dire que l’on doit mettre de l’argent dans les écoles, dans la culture, dans le transport et dans la santé par exemple. Ma confiance est grande en l’avenir et l’Outaouais amorcera une période de rattrapage historique. Tous les ministres ont voté en faveur de cette résolution et c’est cette unanimité qui me rend très optimiste. »

Dans ce dossier, le maire de Gatineau reconnaît le travail acharné du ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, qui a réussi à obtenir l’unanimité des votes, non seulement dans son parti, mais également chez tous les parlementaires.


L’HEURE EST AUX RETOMBÉES

Une semaine plus tard – au moment de cette entrevue – les retombées de cette mission économique se faisaient déjà sentir. D’un côté, le directeur général d’ID Gatineau, Jean Lepage, avance que le téléphone a déjà commencé à sonner. D’autre part, le maire de Gatineau dit avoir déjà rencontré des intervenants du gouvernement du Québec afin de définir le plan de rattrapage.

« Le vrai critère de succès pour une mission économique, c’est si le téléphone sonne. Et c’est le cas, lance Maxime Pedneaud-Jobin. J’ai déjà rencontré des représentants du gouvernement et il y a une volonté évidente d’agir. Du côté de nos partenaires économiques, comme Investissement Québec, ils savent maintenant que Gatineau est un atout et nos équipes se parlent. Notre but était d’entrer dans l’ADN du gouvernement du Québec avec des communications constantes, et c’est ce qui se passe présentement. Nous avons mis en place un environnement qui sera payant pour les prochaines années. »

Cette mission économique a aussi précisé les atouts de la ville de Gatineau, note le directeur général d’ID Gatineau. « Dans notre analyse des dernières années, nous savions que Gatineau n’était pas connue des décideurs. Tous les projets d’investissement passent par Québec et Montréal. Nous devions faire connaître notre offre et nous faire connaître auprès de ces gens. Le timing était très bon pour le faire. Il y a eu une cohérence des gens de la mission dans la façon de porter à l’unisson les différents messages. Et le maire de Gatineau a fait un travail solide et impeccable à titre d’ambassadeur de cette mission économique. »

Une telle mission au Québec pourrait être répétée au besoin d’ici deux ou trois ans afin de préciser certains atouts. D’autres marchés pourraient également être ciblés, comme la Californie qui regorge d’entreprises technologiques, notamment dans le secteur de la cybersécurité.

DES OUTILS ET DES ATOUTS

L’écosystème entrepreneurial à Gatineau s’est précisé au cours des cinq dernières années et il favorise l’interaction entre les organismes aidants afin de mieux diriger les gens d’affaires. En plus d’ID Gatineau, qui est le bras économique de la Ville, d’autres organismes et initiatives ont vu le jour durant cette période comme monGPS.ca, In-Sec-M et le campus de l’École des entrepreneurs du Québec.

« Pendant longtemps, l’économie de l’Outaouais c’était beaucoup plus la fonction publique et la construction, rappelle le maire de Gatineau. Là, entre les deux, il y a un paquet d’entreprises qui diversifient notre économie, comme Brookfield qui a un actif de 47 milliards de dollars. Notre ville est plus forte et nous avons défini ce que nous avons à offrir. Les entreprises sont appuyées comme jamais et elles ont plus confiance en elles-mêmes. Nous avons des partenariats et nous sommes davantage en mesure de répondre aux questions d’Investissement Québec et des différents ministères. Nous avons les outils et les équipes pour donner vie à des projets de grande envergure. »

La clé du succès, elle est simple selon le maire Pedneaud-Jobin. « Nous avons consolidé nos acquis et nous avons écouté les gens. Si on prend nos outils, un à un, ils répondent à des besoins ciblés. Les résultats sont éloquents. Nous avons des outils précieux pour aider nos entrepreneurs à performer dans tous les aspects de l’entreprise. Je ne sais pas si Gatineau est unique dans sa façon de faire, ou encore meilleure que les autres villes au Québec, mais je sais que nous faisons de grandes choses. »



AGENDA DE LA MISSION

 

29 octobre (Montréal) :

  • Dîner avec des membres de l’écosystème du numérique et des technologies de l’information à Montréal;
  • Rencontre avec la haute direction d’Investissement Québec;
  • Rencontre avec la haute direction de Montréal International;
  • Rencontre avec la direction du Centech
  • Rencontre avec le Ministère de l’Immigration, de la francisation et de l’inclusion (MIFI);
  • Soirée réseautage avec des acteurs clés en matière d’attraction des investissements.

 

30 octobre (Québec) :

  • Rencontre avec le Ministère des Relations internationales, volet Délégations générales du Québec;
  • Assemblée nationale (salutations et dépôt de la motion);
  • Visite de l’Institut national d’optique;
  • Lunch avec des représentants des entreprises technologiques de Québec et Québec numérique;
  • Rencontre avec le Conseil du trésor, volet transformation numérique;
  • Rencontre avec le Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et certains membres du conseil des ministres;
  • Soirée réseautage avec des partenaires et des élus provinciaux, notamment monsieur Mathieu Lacombe, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais, et madame Marie-Ève Proulx, ministre déléguée au développement économique régional.

 

31 octobre (Québec) :

  • Rencontre avec monsieur François Legault, premier ministre du Québec.

 

COMPOSITION DE LA DÉLÉGATION

  • Maxime Pedneaud-Jobin, maire de la Ville de Gatineau;
  • André Landry, directeur général de La Relance, membre du conseil d’administration d’ID Gatineau et membre de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau;
  • Antoine Normand, président directeur général de BlueBear LES, membre de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau et président du conseil de In-Sec-M;
  • Caroline Desrochers, conseillère aux relations intergouvernementales, Cabinet du maire de la Ville de Gatineau;
  • Claudine Cyr, directrice adjointe à ID Gatineau;
  • Élaine Dupras, associée, directrice générale à La Sporthèque et membre du conseil d’administration d’ID Gatineau;
  • France Bélisle, présidente-directrice générale de Tourisme Outaouais et membre de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau;
  • Isabelle Veilleux, directrice du Secrétariat au développement économique à la Ville de Gatineau;
  • Jean-François Guitard, conseiller principal, communication et marketing à ID Gatineau;
  • Jean-François LeBlanc, vice-président d’ID Gatineau, président de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau et conseiller municipal à la Ville de Gatineau – District du Lac-Beauchamp;
  • Jean Lepage, directeur général d’ID Gatineau;
  • Jeff Westeinde, président de Zibi et membre observateur du conseil d’administration d’ID Gatineau;
  • Laurence Gillot, attachée de presse, Cabinet du maire de la Ville de Gatineau;
  • Philippe Dupuis, président de Precision 3D et membre du conseil d’administration d’ID Gatineau;
  • Pierre Langlois, directeur, économiste chez NATIONAL;
  • Pierre Plangger, président de Solacom Technologies, président d’ID Gatineau et membre de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau;
  • Pierre Samson, président de la Chambre de commerce de Gatineau et membre de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau;
  • Reda Bensouda, directeur à In-Sec-M;
  • Richard Legault, vice-président du conseil, Brookfield Asset Management et membre de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau;
  • Stéphane Bisson, président de Keller Williams Distinction et membre de la commission de développement économique de la Ville de Gatineau;
  • Stéphane Robinson, conseiller au développement des affaires – attraction des investissements à ID Gatineau;
  • Stéphanie Napky Couture, conseillère chez NATIONAL.

 

REVUE DE PRESSE

Le Droit
Gatineau part à la recherche d’investisseurs économiques

Radio-Canada
Une délégation gatinoise à la recherche d’« occasions d’affaires » à Montréal et à Québec

Rouge FM
Une délégation en mission économique pour vanter les atouts de Gatineau

WOW FM
Une délégation pour promouvoir les atouts de Gatineau

UMQ
Une délégation gatinoise en mission économique à Montréal et à Québec

Que l’Outaouais se lève – 104,7
Une délégation économique dirigée par le maire de Gatineau se rend à Montréal et à Québec du 29 au 31 octobre. Le conseiller municipal Jean-François LeBlanc est vice-président d’ID Gatineau.

RIMQ
Une délégation gatinoise en mission économique à Montréal et à Québec pour promouvoir les atouts de Gatineau

La Petite-Nation
Le sous-financement de l’Outaouais reconnu à l’Assemblée nationale

Le Droit
L’Assemblée nationale reconnaît officiellement le sous-financement en Outaouais

Le Droit
Gatineau est allé «construire sa crédibilité» économique à Québec et Montréal

Le Droit
L’Outaouais, terre convoitée

Le Droit
Statut particulier de l’Outaouais: satisfaction dans le monde de l’éducation et de la culture

UQO
L’UQO salue la motion adoptée par l’Assemblée nationale reconnaissant officiellement les enjeux particuliers de l’Outaouais